Parution : Friday 5 June 2015

Un portrait saisissant montrant les violentes contradictions d’une nouvelle génération d’aspirants moudjahidines, nés ou élevés en Europe, à la fois hyper-connectée et déconnectée de la réalité.

Prune Antoine, journaliste française installée à Berlin, croise la route de Djahar en juin 2013. Son accent slave, son allure de boxeur du Caucase et son parcours d’intégration chaotique éveillent immédiatement la curiosité de la reporter.

A priori, tout les oppose. Elle a choisi Berlin pour sa vie bohème, il est arrivé en Allemagne au terme d’un voyage de quatre jours au fond d’un camion. Elle cherche le dialogue par ses écrits, il se fait respecter grâce à ses poings. Elle est féministe, il est musulman salafiste. Ce qui les rapproche, c’est d’être confronté, en tant qu’étranger, aux questions d’identité, de racines.

Seule ombre au tableau de cette amitié naissante : la radicalisation religieuse du jeune homme, via les réseaux sociaux, qui étonne puis inquiète Prune Antoine. Surtout lorsque Djahar lui annonce qu’il pense partir faire le djihad…

 

Fiche complète

Prune Antoine

Née en 1981, Prune Antoine est journaliste indépendante. En 2008, après avoir vécu en Hongrie, en Espagne, en Angleterre ou à Paris, elle s’installe à Berlin. Ses reportages sur les Balkans, le Caucase ou l’ancien espace soviétique ont été publiés par Géo, Le Monde magazine ou Madame Figaro et parlent beaucoup de femmes ou de sociétés post-conflit. La fille et le moudjahidine est son premier livre.

copyright du portrait : Melania Avanzato