Roman

Greenland

Parution : jeudi 9 mars 2017

« Comment s’appelle ce lac ?

– Tu ne le sais pas ?!

– Je n’ai pas dit que j’étais d’ici.

– Et d’où viens-tu ?

– Vous ne le croiriez pas.

– Probable. »

Telle fut la surprenante réponse du chauffeur. Il m’expliqua alors que ce lac portait le nom de Mohsee. Mais que les gens l’appelaient aussi La Mer des petits péchés.

« Et pourquoi ?

– Eh bien, parce que pour les grands péchés il existe déjà une mer. Une vraie. L’océan là-bas. Tu devrais le savoir. »

 

Tout a changé pour Theo la nuit où est apparu devant la fenêtre de sa chambre d’enfant un store vert. À sa surface, un paysage sous-marin et des hommes aux jumelles qui semblent l’épier. Passé le premier effroi, il ne peut résister à l’envie d’aller observer l’étrange objet de plus près. Et se retrouve happé dans le monde de Greenland.

 

« Heinrich Steinfest écrit avec délectation, fougue, intelligence. Il célèbre l’étrangeté, le mystère au sein du quotidien. » (Süddeutsche Zeitung)

« Ce roman est un mélange de science-fiction, de Kafka et de philosophie existentielle. » (Die Rheinpfalz)

Fiche complète

Heinrich Steinfest

Né en Australie en 1961, d’origine autrichienne mais vivant à Stuttgart, Heinrich Steinfest est considéré outre-Rhin comme un auteur culte, quatre fois lauréat du prix du roman policier allemand.

Parution : jeudi 23 mars 2017

Le facteur 12 est l’écart maximal des salaires (primes incluses) qui existe déjà dans la fonction publique française. Au début du XXe siècle, le banquier J.P. Morgan définissait l’écart maximal acceptable de 1 à 20. En 1988, les salariés de Peugeot se mettaient en grève en apprenant l’augmentation de salaire de leur patron qui bondissait à… 35 Smic. Aujourd’hui, l’écart des salaires est, en France, de l’ordre de 1 à 1 000. Aux États-Unis, certains dirigeants de hedge funds gagnent 20 000 fois plus qu’un ouvrier.

Comment continuer à faire société si les écarts de revenus sont tels qu’entre le haut et le bas de l’échelle les citoyens n’ont plus rien de commun ?

Comment empêcher que l’économie réelle ne soit sacrifiée sur l’autel de la finance ?

Comment échapper à des politiques d’austérité budgétaire contreproductives ?

Comment dissoudre le mirage d’une croissance à l’infini dans un monde fini ?

Comment, enfin, répondre à l’urgence d’une vraie transition écologique ?

Autant de questions auxquelles Gaël Giraud et Cécile Renouard répondent ici à partir d’arguments aussi bien scientifiques qu’éthiques. Alliant pédagogie et rigueur intellectuelle, ils font la démonstration imparable qu’il est nécessaire de plafonner tout de suite les très hauts revenus pour ne pas tous s’appauvrir demain.

Édition 2017 préfacée par les auteurs.

 

Fiche complète

Gaël Giraud

Ancien élève de l’École normale supérieure (Ulm), Gaël Giraud est économiste en chef de l’Agence française de développement, directeur de recherche au CNRS, directeur de la chaire Énergie et Prospérité et professeur à l’École nationale des ponts et chaussées. Et jésuite.

Cécile Renouard

Cécile Renouard est philosophe, professeure au Centre Sèvres et à l’École des mines de Paris et directrice du programme de recherche CODEV à l’ESSEC. Elle est aussi religieuse de l’Assomption.

Parution : jeudi 6 avril 2017

En se réveillant ce matin-là dans un lit d’hôpital, tous ses souvenirs ont disparu. Sa voix également.

Qui est-elle ? Que lui est-il arrivé ? Pourquoi personne ne s’inquiète de son absence ? Quelles sont les réelles motivations de ceux qui prétendent l’aider ? Et surtout, pourquoi l’éventualité de retrouver la mémoire l’effraie-t-elle autant ?

On lui propose de lui donner un nom, Arielle. Et de retrouver le fil de sa vie grâce à l’hypnose. Au cours de ces séances, lui reviennent peu à peu des fragments de son identité et des joies et drames qu’elle a vécus. Mais quand les souvenirs et la réalité ne semblent plus concorder, Arielle comprend que le destin s’obstine à l’égarer…

De rebondissement en rebondissement, plongez dans la vie tourmentée de cette jeune femme amnésique où se côtoient amours naissantes et traumatismes surgis du passé. Un récit haletant qui vous prendra en otage jusqu’à la dernière page !

 

Fiche complète

Marilyse Trécourt

Marilyse Trécourt vit à Toulon et travaille dans la communication. Auteure montante de l’autoédition numérique, elle a écrit de nombreux romans qui ont connu un beau succès, dont Le Bon Dieu sans confession et L’Ombre du papillon. Elle a publié Au-delà des apparences chez Mosaïc en 2015.

Parution : jeudi 13 avril 2017

« Quand j’ai compris que ma mère allait disparaître, j’ai immédiatement ressenti qu’il s’agirait d’un événement décisif dans mon existence. »

« J’étais son trésor de fils, elle était ma perle de mère, et le lien qui nous unissait, s’il n’était plus à proprement parler charnel, se nourrissait d’une insondable intimité. Cette chair qui allait mourir était aussi la mienne. Et cette mort, je le devinais, allait m’apprendre à vivre. »

Maman mourra un jour, c’est l’histoire d’un fils unique qui veut rendre à sa mère tout l’amour qu’elle lui a donné alors que la maladie est en train de l’emporter. C’est le récit de l’affaiblissement, de la fragilité du corps. C’est aussi une réflexion plus générale sur la vie et la mort, sur notre rapport au temps, sur nos vies effrénées qui nous précipitent dans l’avenir jusqu’à en oublier le présent. Et c’est surtout un hymne à l’amour, à la lumière, aux couleurs, aux gestes tendres, aux petits bonheurs du quotidien… à l’irrépressible envie de vivre.

 

Fiche complète

Gilles Vernet

Ancien trader, Gilles Vernet a travaillé dans les années 90 dans les plus grandes banques internationales. Il a tout quitté en 2001 après avoir appris que sa mère était atteinte d’une maladie incurable. Il s’est alors recentré sur ses passions : l’écriture et la transmission. Il a écrit des scénarios pour la télévision et est devenu instituteur. Il a réalisé un documentaire, Tout s’accélère, sorti en salles en 2016.