Revue de presse

« Un livre d'une rare puissance. », Le Monde, 12 novembre 2010

« L'histoire dense et parfaite des rêves auxquels l'extraordinaire nature colombienne donne le cadre du paradis qu'on cherche. », Libération, 11 novembre 2010

« Drame autour d'un utopique retour au jardin d'Eden », Livres Hebdo, 17 septembre 2010

Autres ouvrages de Tomás González parus chez Carnets Nord

Tomás González

Au commencement était la mer

Parution : thursday 7 October 2010
ISBN : 9782355360442
224 pages
17 €

J. et Elena décident de quitter Medellín et les excès de la ville pour vivre sur une île, dans une ferme, face à la mer. Anarchiste, hippie et bohème, J. - il n’est désigné que par cette initiale - pense opérer là un « retour à la vraie vie ». Mais J. et Elena, aussi bien en tant qu’individus que comme couple, vont se retrouver confrontés, dans une succession de petits drames et de défaites minuscules, à une nature dure, qui les absorbe pour finir par les dévorer.

Tomás González raconte cette dérive dans un style froid et distancié, qui laisse apparaître progressivement la violence des relations humaines et l’impossibilité de vivre selon nos désirs, nos caprices ou nos idées. Dès les premières lignes, tout a l’air normal mais on sent la tragédie possible, grâce au style épuré, aux dialogues secs et à l’ironie féroce. La tension monte dans un accelerando angoissant jusqu’au finale tragique. « Un livre qui nous éclaire de l’intérieur », comme l’a écrit l’auteur suisse Peter Stamm.

Traduit de l’espagnol (colombien) par Delphine Valentin.

Tomás González

« Le secret le mieux gardé de la littérature colombienne » : voilà comment Tomás González était présenté dans son pays en 2006. Il y est, depuis, largement commenté et reconnu.

Né en 1950 à Medellín, il a étudié la philosophie, a été barman dans une discothèque à Bogotá, passé trois ans à Miami dans une boutique de vélos, puis seize à New York comme traducteur. Il vit aujourd’hui, avec sa femme, dans une ferme à la campagne, à deux heures de route de Bogotá.

Fiche complète de Tomás González