Revue de presse

"Observations acérées, digressions géniales, humour subtil : la formule idéale d'un écrivain échappant à toute classification." La Gazette Nord-Pas de Calais, 11 octobre 2013.

"Un livre brillant, qui regorge de trouvailles." Librairie des Orgues (Paris)

"Une lecture indispensable." Librairie Charybde (Paris)

"Steinfest a le chic pour créer des personnages inoubliables." Librairie La Parenthèse (Annonay)

"Jusqu'à présent, l'Autriche nous était plus connue pour ses strudels et pour Mozart que pour son humour. Ici la patrie de Joseph Roth se révèle sous un autre angle : ses habitants peuvent être de sacrés rigolos." Psychologies Magazine, novembre 2013.

"Une intrigue pleine de rebondissements. Des dialogues souvent irrésistibles." Librairie Planet'R (Saint-Lô)

"[Steinfest] s'amuse sans arrêt à nous secouer les neurones et nous révéler les êtres et les choses sous un angle anticonformiste très revigorant. Un pur bonheur de lecture !" Librairie Mots & Motions (Saint-Mandé)

"On y trouve cet humour incisif, cette fougue, ces virevoltes narratives qui créent, à la lecture, une intense jubilation. C'est drôle, impertinent, léger, pas mal a l'ouest et impeccablement intelligent. [...] Le lecteur [est] abasourdi, épaté, tourneboulé, emporté par un feu d'artifice d'aphorismes, de digressions, de mises en abyme, de loufoqueries, de réflexions métaphysiques, de dialogues à couper le souffle." Yann Plougastel, Le Monde hors-série, avril-juin 2014.

"Des polars étranges et drôles." La Revue, mai 2014.

Autres ouvrages de Heinrich Steinfest parus chez Carnets Nord

Heinrich Steinfest

Le poil de la bête

Parution : jeudi 10 octobre 2013
ISBN : 9782355360732
656 pages
23 €

Anna Gemini est une blonde discrète devenue tueuse à gages pour assurer une vie confortable à son fils Carl, adolescent handicapé dont elle ne se sépare jamais. Mère poule et tueuse free lance : Anna allie les deux sans états d’âme inutiles. Deux principes cependant lui tiennent à cœur : elle part toujours en mission avec son fils, et  ses victimes doivent acquitter elles-mêmes, d’une façon ou d’une autre, le prix de leur élimination.

Son chaperon dans le métier est Kurt Smolek, officiellement archiviste à la municipalité de Vienne, officieusement agent secret et intermédiaire en tout genre. Mais voilà qu’elle accepte de tuer un diplomate norvégien, à la demande de l’épouse de celui-ci et sans passer par les bons services de Smolek. Profitant d’une escapade du couple à Vienne, Anna liquide le diplomate et croit l’affaire close.

Mais ce meurtre inquiète le gouvernement norvégien, qui fait appel à Markus Cheng, détective privé autrichien mais exilé depuis quelques années à Copenhague.

Le privé Cheng, comme l’inspecteur Lukastik de Requins d’eau douce, est l’incarnation du flegme viennois : émotions maîtrisées et distance critique. Autrichien pur jus malgré un physique de Chinois, traversé en permanence par des états d’âme divers et variés, il a perdu sa femme et un bras au cours d’enquêtes précédentes, et ne regrette d’ailleurs ni l’un ni l’autre. Il forme un couple incongru avec son vieux chien, Oreillard, devenu incontinent, qui passe son temps à dormir et n’a jamais fait peur à personne.

Petit à petit, Cheng s’enfonce dans cette enquête en forme de sables mouvants, où tout le monde se connaît et court après le même Graal : la formule secrète de la première Eau de Cologne (4711), qui serait un élixir de vie éternelle.

Comme toujours, Heinrich Steinfest mêle les intrigues comme des filets pour mieux serrer son sujet : le bestiaire humain. Le tout pour décaper le monde moderne avec un sens aigu du politiquement incorrect et de la provocation douce.

 

Sélectionné pour le Prix du livre allemand

 

Heinrich Steinfest

Heinrich Steinfest

Né en Australie en 1961, d’origine autrichienne mais vivant à Stuttgart, Heinrich Steinfest est considéré outre-Rhin comme un auteur culte, quatre fois lauréat du prix du roman policier allemand.